Créer un jeu de société en 48h (2/2)

La Game Jam bat son plein, les créateurs se tiennent informés de leurs avancées sur Discord. Tout le monde garde en tête que seuls 3 créations seront sélectionnées par les organisateurs. Est-ce que le jeu Beyond the Box retiendra l’attention du jury ?

Le décor est posé. Si vous vous demandez pourquoi le jeu s’appelle El Diablo vs Captain Guacamole, lisez la première partie. Et n’hésitez pas à tester le jeu par vous-même en le téléchargeant gratuitement ici.

Affiche finale

Affiche du jeu

Pour la suite du suivi créatif, nous détaillerons deux choses : les caractéristiques des cartes et les mécaniques qui font l’unicité du jeu.

Les caractéristiques des cartes

Tous les jeux de société comportent du matériel de base parmi des cartes, des dés, des tuiles … Maintenant que notre choix s’est porté sur des cartes, vient le moment d’expliciter ce que nous retrouvons sur ces cartes.

S’il est retenu, le jeu sera diffusé en festival. Or en festival, les gens jouent au plus de jeux possible et ne s’attardent pas sur les règles. Un jeu qui n’est même pas publié passera inaperçu s’il leur demande le moindre investissement. À l’inverse, lorsque vous achetez un jeu, vous êtes prêts à vous investir dans de nouvelles règles et du matériel méconnu, ne serait-ce que pour justifier votre achat. Nous ne sommes pas dans ce cas-là. Notre jeu doit nécessiter peu d’investissement, il doit leur parler au premier coup d’œil. De fait il y a juste des chiffres sur les cartes et le nombre de tacos correspondant, aucun autre symbole qui perturberait la compréhension.

Le jeu sera diffusé au grand public, un enfant doit pouvoir y jouer avec son parent. Pour cela, les chiffres sont bas : entre 1 et 5 dans un premier temps.

Double carte

Cartes Tacos 3 El Diablo et Tacos 4 Captain Guacamole

Trois occurrences de chaque chiffre nous fait une pioche de 15 cartes, qui tiennent sur les deux planches de 16 cartes. Retenir ce qu’il y a dans sa pioche et dans celle de son adversaire devient même un challenge intéressant. Comme de retenir lesquels des 21 atouts ont été joués dans une partie de tarot par exemple.

Quant aux éléments centraux, nous estimons qu’une douzaine de Commandes du jury à se disputer donnerait des parties d’environ 10 à 15 minutes. Pour les mêmes raisons énoncées auparavant, le jeu ne doit pas demander plus de temps d’investissement aux joueurs en festival. S’ils souhaitent accorder plus de temps au jeu, ils feront volontier une deuxième partie.

Ils nous restent deux choses à définir. Quoi faire de l’espace encore disponible sur les planches de cartes ? Que demander aux joueurs d’accomplir sur les Commandes du jury ?

  • De l’espace disponible ?

Un imprimeur ne peut pas imprimer de cartes une par une. Pour des raisons économiques il est contraint d’imprimer des planches d’un nombre fixe de cartes. Les éditeurs ne souhaitent pas jeter de la marchandise payée, autant la remplir avec quelque chose. C’est ainsi qu’émergent les cartes “aide-tour” ou les cartes faisant la promotion d’autre jeux du même éditeur. Adoptons ces bonnes pratiques ici.

Planche carte

Planche de cartes Tacos El Diablo

Nous avons créé les personnages pour permettre aux joueurs en début de partie de dire : “Moi je veux jouer Captain Guacamole !”. C’est un sentiment fort d’appropriation du personnage que nous pouvons pousser plus loin. Avec les 6 cartes encore disponibles, nous pouvons créer une asymétrie dans la manière de jouer. El Diablo représente la force brute transposable en jeu par des cartes hautes. Plutôt que de lui rajouter des cartes 5 supplémentaires, cela nous semble évident de lui rajouter trois cartes 6 puisque c’est le diable. Du coup, Captain Guacamole représente plutôt la finesse transposable par du choix en jeu. Nous lui attribuons une carte 0, une carte 6 et une carte joker “?” dont le joueur peut décider de la valeur.

  • Les cartes Commande du Jury

Que faire avec des chiffres ? Les joueurs sont incités à faire des mathématiques dans beaucoup de jeu sans même s’en apercevoir. Vous avez des additions dans Nidavellir, des probabilités dans Dice Forge et même des chiffres au carré dans 7 Wonders ?!
Avec des cartes de 1 à 5, il est possible de faire des sommes simples, des associations de cartes identiques, des cartes qui se suivent, etc … Des objectifs différents rythment la partie. Nous imaginons plusieurs objectifs pour ne conserver que les plus intéressant après de futurs tests.

Les mécaniques propres au jeu

Désormais, nous devons nous servir intelligemment de ces cartes pour en faire émerger un jeu à part entière. Voilà les 5 mécaniques qui font ensemble l’unicité de El Diablo VS Captain Guacamole :

  • Les cartes sont jouées face cachée. Jouer une carte face cachée est la première brique d’un jeu de bluff. Comme au poker, vous avez alors trois niveaux de lecture : jouer vos cartes, deviner les cartes de l’adversaire et anticiper ce que l’adversaire devine de vos cartes. Rien que pour ça, le jeu plaît à tous les profils de joueur. La révélation des cartes devient un moment d’autant plus fort en émotion, vous trépignez de savoir ce qu’a joué votre adversaire. Vous aurez soit la satisfaction d’avoir eu raison soit la frustration d’avoir eu tort. Dans tous les cas vous n’avez qu’une hâte : revivre l’expérience.
  • Lorsqu’un joueur joue sur une commande, l’autre est obligé de jouer sur la même. Le joueur qui a la main a alors une sensation de contrôle sur l’autre. Cette maîtrise est jouissive, précisément parce qu’elle pénible lorsque vous ne décidez pas. Être premier joueur prend tout son intérêt. Vous retrouvez ces sensations dans Citadelles : vous prenez le Roi pour maîtriser votre prochain tour.

Roi Citadelles

Le Roi de Citadelles

  • Avoir une main restreinte de quelques cartes seulement. Les joueurs ne pourront pas réussir l’objectif de chacune des commandes. Pour gagner, ils devront en abandonner certaines. Nous concentrons ici la mécanique d’optimisation de ressources.
  • Les égalités sont remportées par El Diablo. Cela ôte tous les doutes possibles. Le jeu gagne en fluidité et la brutalité d’El Diablo est renforcée.
  • La carte la plus forte utilisée sur une commande est écartée. Les cartes hautes sont d’autant plus précieuses. Jouer une carte haute devient un véritable choix stratégique.

Avec tout cela, les joueurs ont suffisamment de maîtrise pour provoquer des retournements de situations et pour se dire “Ah mince, j’aurai pu mieux joué …”.

Au-delà du challenge

Au terme de la Game Jam, les éléments du jeu sont convertis en fichier PDF et envoyés aux organisateurs. Le contrat est donc rempli mais Beyond the Box ne s’arrête pas là. Le jeu mérite une vie au-delà la Game Jam.

  • Pour le rendre d’autant plus accessible, nous le numérisons sur Tabletopia (Article à venir : Tabletopia : Plus de 80.000 heures passé sur ce jeu !).

  • Ce jeu est tout à fait envisageable à plus de 2 joueurs. L’implémentation de nouveaux personnages demande cependant de l’équilibrage et plus de tests. Notre volonté est de faire appel aux thématiques non exploitées de la Game Jam pour clore la réflexion autour de l’évènement. Eduardo De La Muerte et Luna Tortilla voient le jour, avec chacun une manière de jouer qui leur est propre. Retrouvez les règles et les cartes de l’extension ici.

El Diablo VS Captain Guacamole sélectionné ?

Sur les 23 jeux proposés par les créateurs, seuls 3 jeux sont retenus et présentés sur le stand Do It Your Game lors de futurs festivals de jeux de société.

Après avoir décerner des mentions honorables, les organisateurs annoncent les jeux sélectionnés. El Diablo VS Captain Guacamole est sélectionné et il arrive troisième !

Félicitations aux autres jeux sélectionnés L’île aux moutons et Le rituel de Gorguth disponibles en Print&Play. Et encore merci à Do It Your Game et leur partenaire pour l’organisation !

El Diablo VS Captain Guacamole

El Diablo VS Captain Guacamole

Laissez un commentaire