Game Jam #09 Do It Your Game : Le Point technique

La Game Jam #09 de Do It Your Game a pris fin ce Vendredi 5 février à 18h. Worqn a été tiré au sort pour avoir participé avec son jeu “Archipel” et il a remporté un tapis de la gamme Immersion, offert par OfflineEditions. Revenons sur les jeux produits lors de cette Game Jam.

Les Contraintes

Pour cette 9e édition, l’évènement s’est déroulé sur une semaine entière par rapport à 48h pour la précédente Game Jam. Le jeu créé spécifiquement pour l’évènement devait :

  • Intégrer 2 plateaux de jeu
  • Se jouer avec au moins 6 Dés à 6 faces
  • Porter sur la thématique des 4 saisons
Approche de la thématique

S’il fallait citer un jeu existant qui exploite la thématique des 4 saisons, ce serait logiquement Seasons. Dans Seasons, les joueurs acquièrent plus ou moins de ressources de différents types en fonction d’un marqueur saison. Ce marqueur saison parcourt une roue sur laquelle les 4 saisons alternent. Puis les joueurs utilisent leurs ressources pour jouer des cartes de leur main qui font gagner des points de prestige en fin de partie.

Avoir des tours de jeux dont les règles de poses ou d’acquisitions changent à chaque tour est une mécanique devenue populaire, car elle amène très vite au jeu. Elle permet aux joueurs d’anticiper leurs actions, d’anticiper les actions des autres joueurs, d’établir une stratégie et de perturber les stratégies adverses. À chaque action, le jeu est dans un nouvel état et les joueurs doivent réfléchir à nouveau à comment en profiter au maximum.

Les contraintes de plateaux et de Dés appuyant dans ce sens, cette mécanique s’est retrouvée dans de nombreuses propositions de la Game Jam :

  • dans Sézanne de Marie Gibert, le tour en cours d’un joueur est matérialisé par un marqueur qui se déplace sur une roue des saisons indiquant les actions possibles.
  • dans Archipel de Worqn, le tour en cours est matérialisé par une carte tirée au hasard qui indique la saison avec les bonus et les malus pour ce tour.
  • dans Agricola dans l’espace de PaulUnderscore, les actions semer et récolter ne peuvent se faire que lors de certains tours spécifiques à chaque plateau de jeu

Roue de Saison Agricola dans l’espace           Carte Temps Archipel                        

En ce sens, plusieurs créations se sont orientées vers la gestion de ressources dont la disponibilité varie en fonction de la saison :

  • dans Cuisine de saison de Gérard Pouplin, les joueurs incarnent des cuisiniers qui gèrent leurs stocks de légumes et proposent des menus.
  • dans Les quatre saisons dans mon assiette de Jeuxdis13, les joueurs gèrent des productions de fruits, légumes et blé pour faire un maximum de combinaisons entre les trois.

Quelques autres créateurs ont adopté une approche plus originale :

  • dans Pizzayolo de Nikos, les joueurs réalisent des pizzas, rapport à la pizza 4 saisons.
  • dans Poya de Sébastien Marchetti et Romain Loussert, les joueurs déplacent des animaux d’un flanc de montagne à l’autre, rapport à la transhumance.
Catégorie des propositions

À l’image de Seasons, les contraintes appellent à s’orienter vers des jeux de gestion de ressources plus ou moins complexe et pour un nombre restreint de joueurs. Cela s’est vérifié dans la Game Jam : aucun créateur n’a proposé de Party Game ou de jeux d’ambiance. La majorité des créateurs ont imaginé un jeu compétitif en se basant sur la mécanique énoncée précédemment. Tandis que la connotation harmonieuse des quatre saisons a amené plusieurs autres créateurs a proposé des jeux coopératifs :

  • dans Quattuor de Sébastien Eme et Fabien Eme, vous pouvez jouer de 1 à 4 joueurs et vous devez relier ensemble les Âmes et les Esprits entre eux.
  • dans Attention au réchauffement de Amandine Teulière, vous pouvez jouer de 1 à 4 joueurs et vous devez reconstituer ensemble les quatre saisons.
Utilisation du matériel

Les jeux devaient inclure au minimum deux plateaux de jeu. C’est la contrainte qui a amené le plus de diversité dans les propositions étant donné les multiples possibilités que peut offrir un plateau de jeu (Article à venir).

  • dans Archipel, le plateau central est constitué au hasard à chaque partie à partir de tuiles hexagonales. Ce choix permet de constituer un espace de jeu différent au début de chaque partie pour renouveler l’expérience.
  • dans Poya, les plateaux de jeu sont placés à la verticale pour matérialiser la montagne à gravir.
  • dans Stellarchitect de Sébastien Wysocki alias Cryx, un nouveau plateau d’actions est ajouté à chaque manche. Vous avez de plus en plus d’options à chaque tour, c’est particulièrement agréable pour les premières parties.

La grande majorité des propositions ont utilisé les Dés comme des Générateurs de hasard pur. Et parfois, les Dés ont servi de Marqueurs d’actions dans un second temps.

  • dans Cuisine de saison, le lancer de Dés indique directement le nombre de ressources à notre disposition pour ce tour soit pour en produire soit pour en consommer. Le joueur est capable d’identifier instantanément s’il a eu un lancer favorable ou non et d’adapter sa stratégie en fonction.
  • dans Sézanne, les Dés sont régis par une mécanique similaire au Yahtzee, vous pouvez relancer tout ou partie des Dés pour obtenir des combinaisons. Le joueur se sent en contrôle et le hasard est moins frustrant.

À noter que Vinca a conçu des Dés spécifiques à assembler pour son jeu Gloupi, ce qui affirme d’autant plus l’identité de ce jeu.

Les Mécaniques de jeux

Au choix total des participants, les mécaniques de jeux ont également amené beaucoup de variété. Pour ne citer qu’elles, voici quelques mécaniques à retenir de cette Game Jam :

  • dans Les quatre saisons dans mon assiette, à la phase de production, les joueurs lancent les Dés soit avec leur main gauche pour produire des Fruits soit leur main droite pour produire des Légumes. Les joueurs peuvent bien évidemment bluffer sur ce qu’ils vont produire. La production a un impact direct sur l’ensemble des ressources disponibles ce qui peut changer drastiquement la valeur de telle ou telle ressource à chaque tour.
  • dans Poya, les deux joueurs réalisent des objectifs coopérativement. Chacun n’a la vision que sur un versant de la montagne par le montage des plateaux de jeu ce qui justifie l’aspect coopératif avec l’importance de communiquer ce que chacun voit de son côté.
  • dans Gloupi, lorsque les Dés indiquent un emplacement du plateau de jeu dont toutes les cartes ont déjà été récupérées, le joueur a accès à une capacité spéciale plutôt que de perdre son tour à cause du lancer de Dés.

Globalement, il y a eu plein de belles créations au cours de cette Game Jam : des concepts simples et efficaces aux jeux plus poussés avec une identité graphique établie. Pour jouer aux jeux de la Game Jam et des éditions précédentes, ça se passe sur le site de Do It Your Game. Et pour approfondir des sujets autour de la création de jeu de société, lisez “Les multiples facettes du Dé”. Félicitations à tous les participants et nous vous donnons rendez-vous pour la 10e édition !

Laissez un commentaire