Des explications méritées

Le fiacre qui attendait juste devant le bureau central des télégraphes de Paris conduisit Méli et les trois hommes en moins de dix minutes au quai d'Orsay. Pourtant, le trajet parut une éternité à la jeune rousse. Le silence pesant de l'habitacle contrastait avec l'agitation extérieur de le ville en effervescence par cette matinée froide mais ensoleillée de novembre.

La bâtisse dominait fièrement la Seine sous les lueurs du soleil d'automne. L'arrivée du fiacre fut immédiatement remarquée par les gardes devant le portail qui sortirent de leur léthargie à la vue des occupants de la voiture.

  — Bonjour Monsieur Ménard, dit le garde en s'adressant au vieil homme. Souhaitez-vous que je prévienne de votre arrivée ?
  — Ce ne sera pas nécessaire, d'ailleurs nous ne sommes pas sortis aujourd'hui. C'est bien compris ?
  — Limpide Monsieur, s'empressa de répondre l'autre garde, coupant la parole au premier.

Les occupants du fiacre quittèrent le véhicule sitôt qu'il s'arrêta. Méli emboîta le pas du trio en veillant à ne donner aucun signe de tentative de résistance. Ils entrèrent rapidement dans la bâtisse pour emprunter plusieurs couloirs et escaliers. La décoration et l'aspect des lieux s'appauvrissaient au fur et à mesure du parcours. Les matériaux des murs et des sols passaient de la pierre au bois, du marbre à la planche, de l'apparat au fonctionnel. L'angoisse commençait à envahir Amélie Martel.

Les deux sbires l'escortèrent dans une petite pièce qui ne donnait aucune indication concernant son usage, peut-être une salle d'interrogatoire. Une forte odeur de poussière emplit immédiatement les narines de Méli. Dans un coin de la pièce, Ménard lui indiqua la chaise en face de la table. Le temps de s'asseoir, la jeune femme nota la disparition des hommes de main, qui avaient pris soin de refermer la porte.

  — Mademoiselle Martel, vous êtes au Bureau du Chiffre, spécialisé dans le décryptage. Bien que l’armistice ait été signée il y a 2 ans, la guerre n’est pas terminée. Les Prussiens ont infiltré notre pays. Ils comptent mener des actions militaires localisées pour nous détruire de l’intérieur. Nous-mêmes avons des informateurs répartis dans toute la Prusse pour tenter de prévenir ces actions. Ils nous envoient des Telegrammes codés pour communiquer. 

Ménard marqua une pause.

  — Malheureusement, reprit-il avec gravité, le décryptage prend du temps. Un temps précieux qui nous fait cruellement défaut. C’est la raison de votre présence : décryptez les telegrammes suivants et nous considèrerons votre intégration au sein du Bureau.

Le mystérieux chef des opérations s'approcha de la table pour ouvrir un épais dossier.

  — Nous avons reçu 4 telegrammes censés nous informer d’une action qui aura lieu ce soir. Ce que je vais vous révéler est classé secret défense ! tonna Ménard. Pour décrypter ce code, vous devez remettre les morceaux de telegrammes dans l’ordre de manière à obtenir un message en lisant le résultat voix haute. La première série concerne la ville prise pour cible.
Cliquez sur le telegramme ci-dessous pour accéder à la suite :
Contenu de la Leçon